Diagnostics ImmobiliersMenton et sa région

La Mérule

Il existe de nombreuses espèces de champignons lignivores capables de dégrader le bois en œuvre. Ils sont répertoriés en fonction du type de pourriture créé dans le bois. Les champignons des bois d’œuvre ne se développent sur le bois qu’en présence d’une humidité anormalement élevée en milieu confiné.

Mérule (Serpula Lacrymans)
Le champignon LIGNIVORE le plus répandu est la Mérule aussi appelée Mérule pleureuse « Serpula Lacrymans » qui peut commencer son action destructrice à partir d’une humidité des bois de 20-22%.

La Mérule a besoin d’humidité. D’autres facteurs physiques peuvent également intervenir pour favoriser son développement et son action de destruction (confinement, atmosphère non ventilée…). La température joue aussi un rôle : en dessous de 18-20°C, la mérule a vie une végétative, il en est de même au-dessus de 30°C.





Syrrotes de Serpula Lacrymans
Lorsque les conditions décrites ci-dessus sont remplies, les filaments issus des spores s’étendent dans toute la masse du bois et forment ce que l’on appelle le mycélium. En surface, la Mérule forme des paquets d’ouate et des filaments appelés syrrotes qui prospectent à travers les joints de maçonnerie sur plusieurs mètres jusqu’à trouver une source d’humidité nécessaire à la survie du champignon.

La Mérule peut se développer sur n’importe quelle essence de bois et en particulier sur les bois résineux. Elle transforme le bois en substance cassante et sèche.





Coniophore des caves (Conophora puteana)
La Mérule peut être confondue avec le Coniophore des caves; cependant ce dernier attaque des bois à des humidités supérieures (au minimum 40%) et du fait de cette exigence en humidité est moins répandu.

C’est un champignon de pourriture cubique, il décompose le bois en cubes et lui donne une coloration plus foncée.









Le diagnostic MERULE n'est pour l'instant pas obligatoire sur Menton et sa région, il n'existe pas encore de zone délimitée par un arrêté préfectoral comme pour les termites. Cependant, le diagnostiqueur a un devoir d'information et pourra être amené à vous proposer ce diagnostic en cas de suspicion de présence de ce champignon.

En effet la loi ALUR* a instauré un dispositif de lutte contre la mérule. Cette loi prévoit un dispositif d’information, s’articulant autour des connaissances et des caractéristiques locales de développement du champignon. Cette information est à double niveau :

La loi ALUR précise aussi que : Dès qu’il a connaissance de la présence de mérule dans un immeuble bâti, l’occupant de l’immeuble contaminé, ou à défaut le propriétaire, est tenu d’en effectuer la déclaration en mairie. Lorsque la mérule est présente dans les parties communes d’un immeuble soumis à la loi sur la copropriété, la déclaration incombe au syndicat des copropriété.

* Accès au Logement et un Urbanisme Rénové.

Certification et Assurance          Bureau Controle Certification          AXA